"Je préfère laisser passer un défaut à l'image ou une faute de raccord qu'une faute de rythme."


Alexandre Astier était l'invité d'Eva Bester sur France Inter dimanche dernier et je partage absolument ce qu'il a dit sur le montage :


"Je suis un gars de l'audio. Quelque chose est juste quand il est rythmiquement juste. C'est pour cela qu'il y a un poste que je ne lâcherai jamais c'est le montage. Parce que le montage, j'ai vraiment cette sensation là quand je fais un film, c'est d'aller à la pêche. Pêcher des situations, pêcher des lieux, pêcher des dialogues... Et puis on ramène le fruit de sa pêche à la maison, on met tout ça dans son disque dur et c'est là que commence le travail pour moi. On a été au marché et on va commencer à faire la bouffe. Pour moi le montage c'est ça. C'est le moment où on peut tout louper ou tout réussir et généralement, d'un point de vue du rythme, c'est là où les dialogues chopent le rythme. La chose prend vie et prend son rythme au montage. Je préfère laisser passer un défaut à l'image ou une faute de raccord qu'une faute de rythme. C'est le son d'abord. Je monte au son comme on dit."


Je suis tellement d'accord ! Merci Monsieur Astier pour ces mots si justes !

PS : Pour écouter toute l'interview c'est ici : franceinter.fr/emissions/l-embellie/l-embellie-du-dimanche-23-janvier-2022 et le passage en question arrive à partir de 26'25.